st. martin st. maarten sint maarten saint martin sxm st maarten news

Tribute • Thank you Daniella, Goodbye Madam Jeffry

The disease took Daniella Jeffry 78 years old at 11:40, Wednesday 09 October 2019 in Washington, surrounded by her family, her family, in the arms of Aline Choisy, her closest friend, the ultimate fight of an exceptional woman.

The funeral will be held in private in Washington.

In accordance with her will, a cultural moment will come to celebrate her public life, “a jollification celebration” and will be organized soon in Bellevue, “at” Touzah Jah Bash whose cause she supported…

An extraordinary trajectory recreating the life of Daniella is necessarily a moment of complex writing, the fear of forgetting an element, a moment. A portrait directed by Jean-Michel Carollo dedicated to her and published in our columns in January 2017.

So we chose to leave the initiative to the great lady by confining ourselves to quote her own words, those who welcome you on the page that dedicated her publisher, the Harmattan:

I am a retired English teacher and I am dedicated to my research on the history of my island. My next work focuses on the 19th century, the constitution of the free society and the 20th century, emigration period in the Caribbean countries and the United States.
I was born on August 18, 1941 in Marigot, Isle of St. Martin. I did my primary studies at the Versailles boarding school and high school at the Gerville Reaache high school in Basse-Terre (Guadeloupe), and my graduate studies at the University of Paris-Sorbonne. Married to a Malagasy, I continued my master’s degree at the University of Tananarive. I taught English at the Private High School of the Brothers of the Christian Schools in Tananarive, where I stayed 9 years. Then I went back to my home island where I live to this day. I taught French, then English and then a bilingual section in college, while doing my research in history and participating actively in the associative, cultural and political life of my island. When I retired in 1999, I devoted myself to publishing my research.

She omits to mention that she was also a sworn French / English translator, a powerful bilingualism, systematized even in her publications that she never failed to bring to the attention of the public in these two languages.

Herpublications, of which we can only recommend reading for the benefit of a better understanding of this small island world to the rare complexity in which we evolve daily, have always been engaged, fruit of a long work of historical research, of thousands of pages scanned …

Saint-Martin at the heart of her reflections, Saint-Martin as the engine of hie writings, all imbued with a central fear: the disappearance of the culture Saint-Martin even its negation: “Saint-Martin – Societal destabilization in the French Caribbean” , “Saint-Martin: Objective Status”, “1963: Year Hinge”, “Statutory scandal on the island of Saint-Martin” … We never met Daniella without her telling us about a research in Classes…

She has also honored us with numerous and committed contributions. In a societal context with growing tensions between communities, lack of sufficient understanding, a willingness to share and sufficiently robust bridges, have chosen our columns to participate in the construction or reconstruction of these links was able to consolidate us in our line .

Thank you Daniella for having contributed to our desire to ensure that citizens seek to understand each other better instead of raging on social networks.

Here we can only think of her son, Jean-Marc, the central animator of Radio Saint-Martin, who, in the continuity of Daniella’s positioning, also gives us the honor of welcoming us on his radio as often as necessary, with just the desire to share points of view and reflections, with the pleasure of regularly noting that our divergences are rare despite different cultures and even that these divergences arise ideas whose main virtue is to allow transversality!

The knowledge accumulated by Daniella Jeffry, backed by a strong temperament and an intense love for her island would be nothing without her willingness to share the fruit of her work, with the Saint-Martinois obviously but also and perhaps especially with all those and those whose roots are elsewhere but who have integrated that we live well and integrated only when we turn to the welcoming.

Many terms accompany what was Daniella Jeffry, whether they are relevant or not: “Nationalist”, “Independent”, “Anti-colonialist” etc . Many will have been those who will be recognized in the fighting that still led Daniella recently for the identity of St. Martin to survive the terrible societal changes experienced by St. Martin during the last half century, the population explosion in first place.

That Saint-Martin’s identity survives the terrible societal changes experienced by Saint-Martin during the last half-century, the demographic explosion in the first place.

Evolution of the population in Saint-Martin 1960: 4,500 inhabitants1980: 8,000 inhabitants1988: 24,000 inhabitants2010: 35,000 inhabitants

But few have not fallen into the trap of radicalism, ostracism and demagogy, forgetting a strong element of Daniella Jeffry’s work: intelligence and the will to share. If she was forced to scream her saint-martinitude it is above all because she had difficulties to be heard, deafness of a modern society and eager for ultra-liberal development that no longer knows how to respect the place on which she sets her sights. Examples are tearing television screens around the world.

While the position Corsica is legitimate in the eyes of the Republic, that we can not blame Breton for being, any more than the Alsatian, that Ch’ti or Savoyard, while the Deputy LREM of Mayotte Ramlati Ali launched this week in front of the National Assembly in the framework of the debate on the migration policy wanted by the Government a powerful “Return Mayotte to the Mahorais”, it seems that the Saint-martinois claiming it can not be heard or apprehended that as a frenetic independenceist, a nihilist of French law and a refractory to the principles of the French Republic …

The works of Daniella Jeffry, her political commitments, the causes she was able to support, however, affirm the opposite by offering the possibility to those who are not “from here” to become one, perhaps a little more by taking a step, looking at history and accepting the fact that this story is not only the sole responsibility of Saint-Martin and Saint-Martin …

Daniella Jeffry had distanced herself from politics for a few years, no doubt somewhat resigned to seeing the mandates succeed one another without the culture with a large “C”, pillar of identity, finding a way to make a difference. real and positive place in the life of the residents, to perpetuate something deeply threatened but also to share it and reject a feeling of invasion that nourishes only the radicals.

It took a lot of intelligence and a serious dose of education for Daniella Jeffry to remain the standard bearer of a cause such as this one by avoiding demagogic traps. Another virtue allowed us many moments, that of the adversarial debate, because it was very easy not to agree with Daniella since at no time did it awaken the will to feed an opposition, quite the contrary, it was above all to enrich each other’s vision of the other, our differences.

Scores will be numerous, the heirs of her thought as much since the political time is there, that the innovators are rare and it will be easier to borrow from Madame Jeffry its popularity and some ideas rather than to be creative.

St. Martin’s week will only wish that:

bilingualism finds the space that it is identically due to Saint-Martin before one embarks on smoky deliriums of multi-linguists and that passes in the first place by a lexical and grammatical definition of the Saint-Martin speaking as it would say Robert Romney, the legacy of Daniella Jeffry, and she is vast as her writings are numerous, finds a space of democratization that allows access to that part of culture that it has been trying to define and synthesize.

Thank you Daniella, we will continue to be the vectors of intelligent societal debates that you will have tried to impose on the decision-makers until by naming them skilfully but systematically, they impose the step of withdrawal of your last years!

The case “Minville” Certainly one of her last public battles, led alongside other personalities Saint-Martin and should have alerted the public authorities of the problematic problem of control of land, the regularization of related cases occupation and construction on the “50 geometric steps” or embankment areas … Daniella Jeffry had campaigned to support the Minville family. At issue, a judgment of the Court of Appeal Basse-Terre February 3, 2014 condemning 82-year-old Narcisse Odette Minville, and Jean-Albert Minville, 86, to pay to the company Hotels Caribbean 116 200 euros as occupancy allowance between May 25, 2000 and January 25, 2014, 700 euros per month as an occupancy allowance from December 25, 2013, until the actual vacancy of the plots, and 6,000 euros the costs incurred. Understanding “the reasons justifying (their) conviction”, the Minville asks Minister Taubira “to order the revision” of this judgment. Because in their mail, the family indicates not only that Odette Minville

https://www.stmartinweek.fr/2019/10/11/hommage-•-merci-daniella-adieu-madame-jeffry/74264

Hommage • Merci Daniella, Adieu Madame Jeffry

La maladie a emporté à 78 ans Daniella Jeffry à 11h40, mercredi 09 Octobre 2019 à Washington, entourée de ses proches, de sa famille, dans les bras d’Aline Choisy, sa plus proche amie, l’ultime combat d’une femme d’exception.

Les obsèques se dérouleront dans le cercle privé à Washington.

Conformément à sa volonté, un moment culturel viendra célébrer sa vie publique, “a jollification celebration” et sera organisé prochainement à Bellevue, “chez” Touzah Jah Bash dont elle soutenait la cause…

Une trajectoire hors du commun

Synthétiser la vie de Daniella est forcément un moment d’écriture complexe, la crainte d’oublier un élément, un moment. Un portrait réalisé par Jean-Michel Carollo lui avait été consacré et publié en nos colonnes en Janvier 2017.

Nous avons donc choisi de laisser à la grande dame l’initiative en nous bornant à citer ses propres mots, ceux qui vous accueillent sur la page que lui dédie son éditeur, l’Harmattan :

Je suis professeur d’Anglais à la retraite et je me consacre à mes travaux de recherche sur l’histoire de mon île. Mes prochains travaux portent sur la période du 19e siècle, constitution de la société libre traditionnelle et du 20e siècle, période d’émigrations dans les pays de la Caraïbe et aux Etats-Unis.
Je suis née le 18 août 1941 à Marigot, Ile de St. Martin. J’ai effectué mes études primaires au Pensionnat de Versailles et secondaires au Lycée Gerville Réache de Basse-Terre (Guadeloupe), et mes études supérieures à l’Université de Paris -Sorbonne. Mariée à un Malgache, j’ai poursuivi mes études de maîtrise à l’Université de Tananarive. J’ai enseigné l’Anglais au Lycée Privé des Frères des Ecoles Chrétiennes à Tananarive, où je suis restée 9 ans. Puis je suis retournée sur mon île natale où j’habite jusqu’à ce jour. J’ai enseigné le français, puis l’anglais puis une section bilingue au collège, tout en faisant mes travaux de recherche en histoire et en participant activement à la vie associative, culturelle et politique de mon île. A ma retraite en 1999, je me suis consacrée à la publication de mes travaux de recherche.

Elle omet d’y faire figurer qu’elle était aussi traductrice Français/Anglais assermentée, un bilinguisme puissant, systématisé jusque dans ses publications qu’elle ne manquait jamais de porter à la connaissance du public dans ces deux langues.

Ses publications, dont nous ne pouvons que vous recommander la lecture au bénéfice d’une meilleure compréhension de ce petit monde insulaire à la rare complexité dans lequel nous évoluons quotidiennement, ont toujours été engagées, fruit d’un travail long de recherches historiques, de milliers de pages compulsées…

Saint-Martin au cœur de ses réflexions, Saint-Martin comme moteur de ses écrits, tous empreints d’une crainte centrale : la disparition de la culture saint-martinoise voire sa négation : “Saint-Martin – Déstabilisation sociétale dans la caraïbes française”, “Saint-Martin : Objectif Statut”, “1963: Année Charnière ”, “Le scandale statutaire sur l’île de Saint-Martin”… Nous n’avons jamais croisé Daniella sans qu’elle nous fasse part d’une recherche en cours…

Elle nous a aussi fait l’honneur de contributions nombreuses et engagées. Dans un contexte sociétal aux tensions croissantes entre communautés faute d’une compréhension suffisante, d’une volonté de partage et de ponts suffisamment robustes, avoir choisi nos colonnes pour participer à la construction ou la reconstruction de ces liens a su nous conforter dans notre ligne.

Merci Daniella d’avoir en cela contribué à notre volonté de faire en sorte que les citoyens cherchent à mieux se comprendre les uns les autres au lieu de se déchaîner sur les réseaux sociaux.

Nous ne pouvons ici que penser à son fils, Jean-Marc, animateur central de Radio Saint-Martin et qui dans la continuité du positionnement de Daniella, nous fait aussi l’honneur de nous accueillir sur son antenne aussi souvent que nécessaire, avec juste la volonté de partager points de vue et réflexions, avec le plaisir de constater régulièrement que nos divergences sont rares malgré des cultures différentes et même que de ces divergences naissent des idées qui ont pour principale vertu de permettre la transversalité !

Les connaissances accumulées par Daniella Jeffry, adossées à un fort tempérament et à un amour intense pour son île ne seraient rien sans sa volonté de partager le fruit de ses travaux, avec les saint-martinois évidemment mais aussi et peut-être surtout avec toutes celles et ceux dont les racines sont ailleurs mais qui ont intégré que l’on ne vit bien et intégré que lorsque l’on se tourne vers l’accueillant.

Beaucoup de termes accompagnent ce qu’a été Daniella Jeffry, qu’ils soient pertinents ou pas : “Nationaliste”, “Indépendantiste”, “Anti-colonialiste” etc… Nombreux auront été celles et ceux qui se seront reconnus dans les combats que menaient encore récemment Daniella pour que l’identité saint-martinoise survive aux terribles changements sociétaux qu’a vécu Saint-Martin durant le dernier demi-siècle, l’explosion démographique en premier lieu.


Evolution de la population à Saint-Martin
1960 : 4 500 habitants
1980 : 8 000 habitants
1988 : 24 000 habitants
2010 : 35 000 habitants

Mais rares sont ceux qui ne sont pas tombés dans le piège de la radicalité, de l’ostracisme et de la démagogie en oubliant un élément fort du travail de Daniella Jeffry : l’intelligence et la volonté de partage. Si elle était contrainte d’hurler sa saint-martinitude c’est avant tout parce qu’elle avait des difficultés à être entendue, surdité d’une société moderne et avide de développement ultra-libéral qui ne sait plus respecter l’endroit sur lequel elle pose son dévolu. Les exemples déchirent les écrans de télévision à l’échelle mondiale.

Alors que la position Corse est légitime aux yeux de la République, que l’on ne peut reprocher au Breton de l’être, pas plus qu’à l’Alsacien, qu’au Ch’ti ou au Savoyard, alors que la Députée LREM de Mayotte Ramlati Ali lançait cette semaine devant l’Assemblée Nationale dans le cadre du débat sur la politique migratoire voulu par le Gouvernement un puissant “Rendre Mayotte au Mahorais”, il semblerait que le saint-martinois revendicatif lui ne puisse être entendu ou appréhendé que comme un indépendantiste forcené, un nihiliste du droit français et un réfractaire aux principes de la république française…

Les travaux de Daniella Jeffry, ses engagements politiques, les causes qu’elle a pu soutenir affirment pourtant le contraire en offrant la possibilité à ceux qui ne sont pas “from here” de le devenir peut être un peu plus en faisant un pas, en se penchant sur l’histoire et en acceptant le fait que cette histoire ne relève pas que de la responsabilité unique de Saint-Martin et des saint-martinois…

Daniella Jeffry avait pris ses distances avec la chose politique depuis quelques années, sans doute quelque peu résignée de voir les mandatures se succéder sans que la culture avec un grand “C”, pilier de l’identité, ne trouve le moyen de se faire une place réelle et positive dans la vie des résidents, pour perpétuer quelque chose de profondément menacé mais aussi pour la partager et repousser un sentiment d’invasion qui ne nourrit que les radicalités.

Il aura fallu beaucoup d’intelligence et une sérieuse dose d’éducation pour que Daniella Jeffry reste la porte étendard d’une cause telle que celle-là en évitant les pièges démagogiques. Une autre vertu nous a permis de nombreux moments, celle du débat contradictoire, car il était très facile de ne pas être d’accord avec Daniella puisqu’à aucun moment cela n’éveillait la volonté de nourrir une opposition, bien au contraire, il s’agissait avant tout de s’enrichir mutuellement de la vision de l’autre, de nos différences.

Les laïus seront nombreux, les héritiers de sa pensée tout autant puisque le temps politique est là, que les novateurs sont rares et qu’il sera plus aisé d’emprunter à Madame Jeffry sa popularité et quelques idées plutôt que de se montrer créatifs.

Le Saint-Martin’s week se bornera à souhaiter que :

  • le bilinguisme trouve l’espace qui lui est identitairement dû à Saint-Martin avant que l’on ne se lance dans de fumeux délires de multi-linguistes et cela passe en premier lieu par une définition lexicale et grammaticale du parler saint-martinois comme dirait Robert Romney,
  • l’héritage de Daniella Jeffry, et il est vaste tant ses écrits sont nombreux, trouve un espace de démocratisation qui permette l’accès à cette part de culture qu’elle s’est attachée à définir et synthétiser.

Merci Daniella, nous continuerons à être les vecteurs de débats sociétaux intelligents que tu auras tenté d’imposer aux décideurs jusqu’à ce qu’en les niant habilement mais systématiquement, ils t’imposent le pas de retrait de tes dernières années !


L’affaire “Minville”
Certainement l’un de ses derniers combats publics, mené aux côtés d’autres personnalités saint-martinoise et qui aurait dû alerter les pouvoirs publics de la prégnante problématique de la maîtrise du foncier, de la régularisation des dossiers liés à l’occupation et aux constructions sur les “50 pas géométriques” ou sur les zones de remblais… Daniella Jeffry avait milité pour soutenir la famille Minville. En cause, un arrêt la Cour d’appel de Basse-Terre le 3 février 2014 condamnant Narcisse Odette Minville, 82 ans, et Jean-Albert Minville, 86 ans, à payer à la société des Hôtels Caraïbes 116 200 euros à titre d’indemnité d’occupation entre le 25 mai 2000 et le 25 janvier 2014, 700 euros mensuels à titre d’indemnité d’occupation à compter du 25 décembre 2013, et ce, jusqu’à libération effective complète des parcelles, et 6 000 euros au titre des frais engagés. Comprenant “mal les raisons justifiant (leur) condamnation”, les Minville demande à la ministre Taubira “d’ordonner la révision” de cet arrêt. Car dans leur courrier, la famille indique non seulement qu’Odette Minville est née sur l’habitation litigieuse en octobre 1933, mais aussi que le père des Minville a acheté, il y a près de 90 ans, les lieux des mains de Georges Peterson qui était “propriétaire par acte authentique”. Le problème selon eux, c’est que dans les années 1962-1963, “les Saint-Martinois jusqu’alors propriétaires de cette partie du littoral (…) ont été arbitrairement dépossédés de leurs terrains en dépit de leur titre de propriété, par les ventes par la SITO, société d’Etat” à des hôteliers.
Ce sujet qui concerne nombre d’occupants de ces espaces est le terreau des discordes permanentes et aujourd’hui politiquement instrumentalisées qui existent entre la population et la Collectivité (PLU avorté en 2015) ou entre la population et l’Etat (2019 PPRn en cours de révision).
Font Dummy

Font Dummy

Font Dummy

Font Dummy
Font Dummy

Font Dummy

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.